Réduire ses déchets verts en les transformant en ressource : le paillage

Publié le 9 avril 2020

Pailler un sol, c’est déposer des matières végétales à la surface d’un sol. Les matières concernées ne correspondent pas uniquement à de la paille ; la majorité de nos déchets de jardin peuvent servir à cet usage.

Pourquoi pailler un sol ?

Une fois au sol, ces déchets verts vont se décomposer au fil du temps en humus. Cela va donc améliorer le sol, qui deviendra plus meuble, et libérer des nutriments pour la vie du sol et des plantes. En plus de cela, les herbes non désirées recouvertes de ce paillis mourront pour la plupart. Les quelques unes qui auront réussi à traverser le paillis seront faciles à déraciner, car le sol sera ameubli.

Le paillage réduit également de façon considérable l’évaporation de l’eau dans le sol. Vos plantes subiront donc moins la sécheresse et vous arroserez beaucoup moins vos plantes.

Pour résumer : les racines des végétaux paillés s’enfoncent mieux dans le sol, trouvent plus de nourriture et d’eau et ne sont pas concurrencées par d’autres plantes. Les végétaux poussent mieux, fleurissent et fructifient plus longtemps et tombent moins malades.

Quelle est la durée de vie d’un paillis ?

Ce qui nous intéresse dans un jardin, c’est que ce paillis se décompose vite pour éliminer nos déchets verts tout en nourrissant et améliorant le sol.

Sur un sol jamais paillé, il faut toujours plus de temps pour que le paillis se décompose : les décomposeurs ne sont pas encore présents en grande quantité, le sol est plus tassé et plus sec. Dès que le système est lancé, il s’accélère et digère très vite la majorité des déchets d’un jardin.

Comment accélérer la décomposition d’un paillis (pour continuer à y ajouter des déchets verts)?

Pour cela, vous devez favoriser les décomposeurs en leur offrant une nourriture équilibrée : plus vos déchets verts seront variés, mieux cela sera : feuilles et branches mortes, tontes, herbes arrachées, tailles de haies et de jeunes rameaux, broyat de branches,…

  

Vous n’êtes pas obligés d’attendre que le paillis soit entièrement décomposé pour en ajouter. C’est au contraire l’apport régulier de matières qui va aider à la décomposition. Le rythme de vos apports doit donc plutôt se calquer sur votre production de déchets verts.

De plus, pour aider à la dégradation de vos déchets verts, vous devez découper le plus possible vos déchets pour permettre aux décomposeurs d’agir plus rapidement.

Comment découper les déchets verts ?

Mis à part un sécateur, l’outil principal pour découper des déchets verts est la tondeuse. La tondeuse est intéressante pour deux raisons : elle découpe parfaitement et très rapidement vos déchets dont le diamètre est < à 1cm (soit 80 % de vos déchets) de plus, le panier de la tondeuse récolte la matière découpée.

  

La tondeuse est également intéressante pour les petits déchets comme les herbes arrachées ou les feuilles mortes : leur volume sera réduit, la décomposition sera plus rapide (y compris pour les feuilles coriaces) et ils ne s’envoleront plus sous l’effet du vent.

Pour les branches > 1cm de diamètre, vous pouvez : utiliser un sécateur de force, un broyeur ou tout simplement les réserver pour d’autres usages : tuteurs, piquets, remplissage de haie sèche (cf notre article “Fabriquer une barrière pour délimiter ses espaces“), bois d’allumage pour le barbecue ou la cheminée, délimitation de massif.

  Que peut-on pailler ?

Vous pouvez tout d’abord pailler toutes les zones plantées : haies, pied des arbres (1m à 1m50 autour de l’arbre en veillant à ne pas coller le paillis au tronc), massifs de fleurs ou planches potagères.

Vous pouvez également préparer une future zone de plantation (haie, planche potagère, massif de fleurs,…) en couvrant la zone d’une épaisse couche de paillis : l’herbe dessous va mourir et se dégrader, le sol va s’enrichir et s’ameublir. Plus de corvée de désherbage et de bêchage de sol dur !

Vous pouvez encore utiliser le paillis comme cheminement, pour éviter que l’herbe y pousse et rendre le sol praticable même par temps pluvieux.

Un paillis doit faire quelle hauteur ?

 Il n’y a pas vraiment de règle si ce n’est qu’en dessous de 3-4cm le paillis est inefficace. D’autre part, c’est plutôt votre production de déchets verts qui doit dicter le rythme d’apport. Un paillage standard est généralement d’une dizaine de cm.

Attention toutefois avec la tonte fraîche : si elle n’est pas mélangée à d’autres végétaux plus secs, le paillis ne doit pas dépasser 4cm d’épaisseur.

Il y a t’il des végétaux qu’il ne faut pas pailler ?

Oui, la plupart des plantes méditerranéennes poussent sur des sols chauds, secs, pauvres et caillouteux. Le paillis rafraîchit, humidifie et nourrit le sol… tout l’inverse de ce qu’attend la plante. Lavande, olivier et la plupart des plantes aromatiques n’apprécieront pas du tout un paillage végétal. Un paillis de cailloux sera nettement préférable.

J’ai entendu parler de la faim d’azote, est-ce un problème ?

La faim d’azote peut agir sur un paillis uniquement fait de branchage (=carbone) : pour décomposer le carbone, les décomposeurs vont puiser dans le sol de l’azote qui ne sera plus disponible pour les plantes (l’azote joue un rôle important pour la croissance des plantes). Or cette faim d’azote n’agit que sur un sol qui n’a jamais été paillé. Les années suivantes, il y a assez d’azote dans le sol pour les plantes et pour les décomposeurs. De plus, un apport varié de déchets verts permettra d’ajouter des déchets azotés dans votre paillis : tailles de haies avec feuilles, tonte de gazon, jeunes herbes arrachées contiennent de l’azote.