Author Archives: Admin

Humus & associés cherche un.e volontaire en Service Civique !

Publié le 10 novembre 2021

À partir du 1er Janvier 2022 pour une durée de huit mois, 24h/semaine.

Cette mission permet de participer à des actions de sensibilisation à l’environnement , en particulier de la valorisation de la matière organique par le biais de création d’outils/actions de communication et de mobilisation citoyenne !


Au programme de cette mission :

– Conception d’outils pédagogiques et animation de la communication de l’association

– Organisation d’un planning d’ateliers et d’événementiels

– Co-animation d’ateliers et d’événementiels

– Gestion et suivi du site de compostage

Si vous êtes intéressé, n’hésitez pas à postuler !

Notre premier tuto jardinage en vidéo !

Publié le 9 novembre 2021


Le jardinage sur butte lasagne permet de valoriser une grosse partie de vos déchets verts, en créant un environnement riche et vivant pour vos plantations. Les buttes lasagnes sont des couches superposées de matériaux ligneux (carbonés) et de matériaux verts (azotés) et notamment destinés à accueillir des cultures gourmandes.

Elles ont de nombreux intérêts pour le jardinier en permaculture :

  • Elles contribuent à la constitution d’un humus riche et équilibré, support idéal pour de nombreuses cultures ;
  • Elles permettent de mettre en culture des sols incultes : caillou, sol hyper tassé, terre trop argileuse, remblais de mauvaise qualité…
  • On utilise des déchets verts et de matériaux issus de l’environnement immédiat ;
  • Les buttes sont bonnes pour le dos : la terre est moins basse avec une butte !

Il y a une nouvelle star chez Humus & associés : il s’appelle Tonton Ju’ et il vous dit tout sur la butte lasagne !   Apprenez-en plus en vidéo !

Merci à Decoset d’avoir fait appel à nous pour ce tuto et pour la réalisation de cette vidéo.

Réduisez vos déchets verts : réservez notre tondeuse !

Publié le 19 octobre 2021

Humus & associés vous accompagne dans la réduction et la valorisation de vos déchets verts en mettant gratuitement à votre disposition une tondeuse, ainsi qu’une transmission vous permettant d’apprendre les bons gestes. Donnez l’opportunité à vos déchets de jardin de devenir une ressource en les broyant et les réutilisant.

Retrouvez toutes les informations ainsi que la location ici !

Stand au village champêtre de la Reynerie !

Publié le 24 septembre 2021

À l’occasion du village champêtre qui s’est déroulé mercredi dernier à la Reynerie, notre association a tenu un stand de sensibilisation au compost.

Les enfants ont pu découvrir les bébêtes du compost et comprendre le processus de compostage. Au programme : présentation des bébêtes, “qui fait quoi” et pourquoi…

Merci à l’association Vivre au Satie d’avoir organisé l’événement et de nous avoir permis d’y participer !

Composteur, Lombricomposteur et vacances d’été !

Publié le 29 juin 2021

Les départs en vacances approchent ! Mais comment entretenir un Composteur ou Lombricomposteur lorsque nous sommes absents pour une durée plus ou moins longue ?

Rien de plus simple : si vous ne partez pas plus de deux à trois semaines, tout va bien.

Pour le Composteur, il vous suffit de vérifier l’humidité de votre bac grâce au test du poing et de brasser vigoureusement votre compost avec une fourche ou le Brass’ Compost avant votre départ et à votre retour de vacances.

Le test du poing est un moyen simple et efficace pour mesurer l’humidité de votre compost. Il vous suffit d’en prendre une poignée dans votre main et de serrer le poing, si le compost s’émiette c’est qu’il manque d’humidité. Si en revanche des gouttes perlent sur votre main, c’est qu’il est trop humide. Il faut que celui-ci laisse simplement une sensation d’humidité sur votre paume.

Enfin, les Lombricomposteurs ont simplement besoin d’être à l’ombre et au frais. Si vous voyagez pendant deux à trois semaines et que vos petites bébêtes n’ont pas d’apport frais, elles survivront aisément grâce aux apports précédents. La pire des erreurs serait de mettre une grande quantité d’apport avant de partir car les vers ne seront pas assez nombreux pour ingérer la matière avant qu’elle ne chauffe et celle-ci leur créerait des désagréments.

Vous pouvez désormais partir en vacances l’esprit tranquille !

Humus & associés vous forme !

Publié le 9 juin 2021

Deux sessions de formation approchent à grands pas, ne les loupez pas !

Vous saurez mettre en place et animer des opérations de prévention-gestion, domestiques, partagées et autonomes sur son territoire. Le but de cette formation est d’accompagner le stagiaire à la rédaction d’un mémoire de stage portant sur la mise en œuvre d’une action concrète.

Formations Maître Composteur

Compostage autonome en établissement

Durant 6 jours, formez-vous et devenez Maître Composteur. L’objectif de cette formation professionnalisante animée par Humus & associées et Compostons est d’apprendre à piloter des projets de prévention-gestion de proximité des biodéchets, mobiliser et accompagner des relais de terrain, informer et sensibiliser correctement les différents publics.

En savoir plus sur la formation Maître Composteur.

Prochaine session :

Du 21 au 23 mars 2022 à Montpellier avec Compostons, et du 13 au 15 avril 2021 à Toulouse avec Humus & associés.

Le programme de formation est en construction et vous sera communiqué bientôt

Pour vous inscrire à cette session, contactez nous sur : formation@humusetassocies.org

Formations Guide Composteur

Composée d’une base commune obligatoire de 14 heures sur 2 jours, cette formation vous permet de maîtriser les enjeux et les principes fondamentaux du compostage et de connaître les différents modes de compostage (individuel, collectif, en établissement …).

Vous pourrez également vous initier aux techniques d’animation et de communication. Vous saurez concevoir un projet autour du compostage et comprendre la gestion des espaces verts.

En savoir plus sur la formation guide composteur.

Nous vous proposons 2 sessions de formations pour 2022 :

Prochaine session :

Première session de formation : du 9 au 11 mars 2022, puis les 7 et 8 avril 2022.

Télécharger le programme de formation pour mars-avril

Tous au compost !

Publié le 12 février 2021

Tous au compost !

Préparez-vous à l’évènement Tous au compost , du 27 Mars au 10 Avril 2021!

Pendant ces deux semaines, Le Réseau Compost Citoyen vous donne la possibilité de devenir actif dans la diffusion du compostage dans votre résidence, votre quartier voir dans votre ville !

Nul besoin d’être un professionnel du compost pour participer, vous pouvez simplement ouvrir votre site de compostage et discuter de votre expérience avec des personnes qui ne compostent pas ou avec d’autres participants à des sites de compostage. Ou tout aussi simplement, vous retrouver entre résidents ou habitants d’un même quartier pour partager ensemble un moment convivial autours des composteurs . Si vous doutez de vos connaissances, pas de panique, des fiches conseils qui reprennent les points abordés pendant les formations sont trouvables ici.

Les mordus du compostage peuvent aussi organiser un temps d’échange ludique pour faire profiter à tous des connaissances qu’ils ont acquis. Pour vous accompagner, vous retrouverez des outils pédagogiques d’animation ici.

 

N’hésitez pas à prendre part à cette aventure en cherchant des sites de compostages à visiter ou en organisant votre propre évènement sur le site de Tous au compost!

Kiss the ground : un documentaire sur nos sols

Publié le 4 décembre 2020

Le 25 Novembre, les Alchimistes ont organisé la projection-débat en ligne et gratuite du documentaire Kiss the ground, un film qui traite de la fertilité des sols dans un contexte de réchauffement climatique !

2000 personnes ont répondues présentes, un grand merci à vous !

 

 

Si vous avez raté cet événement, nous vous proposons de visionner maintenant le débat qui a suivit la projection. Pendant ce temps d’échange, plusieurs invités tel que Cécile Duflot,  Arnaud Leroy, Maxime de Rostolan, Mathilde Borne et Audrey Pulvar ont pu s’exprimer sur ce sujet actuel majeur.

 

 

Composter, c’est facile ! (vidéos)

Publié le 28 octobre 2020

Composter, c’est facile ! Et ça l’est encore plus avec des ressources qui nous accompagnent.

Toulouse Métropole a mit en ligne une playlist axée sur le compostage sur sa chaîne Youtube.

Ce guide comprend six vidéos ludiques sur les questions que l’on peut se poser et comment appréhender chaque étape de la vie du compost pour être plus serein dans sa gestion des déchets verts.

Épisode 1 : Pourquoi composter ?
Épisode 2 : Comment installer mon composteur ?
Épisode 3 : Que mettre dans mon composteur ?
Épisode 4 : Les gestes clés du compostage
Épisode 5 : Comment surveiller l’humidité ?
Épisode 6 : Quand et comment retirer mon compost ?

 Venez découvrir le monde du compost !

 

 

Épisode 1 : pourquoi composter ?

Atelier du 10 Octobre : Les engrais verts

Publié le 13 octobre 2020

Le samedi 10 Octobre, de 10h à 12h, Humus & associés a animé un atelier pratique sur les engrais verts organisé par DECOSET, au jardin pédagogique de la déchetterie de Plaisance-du-Touch.

Les engrais verts, c’est quoi ? Nous connaissons tous l’engrais chimique, un stimulant pour les cultures élaboré par l’homme. On connaît un peu moins son alternative naturelle : les engrais verts.

Le principe est le suivant : on fait volontairement pousser certaines plantes dans son jardin, non pas dans le but de les consommer ou même de les garder mais de les couper à un certain moment de l’année pour que, en se décomposant, elles nourrissent le sol et prennent ainsi le rôle de l’engrais chimique. En outre, leur culture permet de ne pas laisser le sol nu, pendant une période où la culture n’est pas possible.

 

engrais vert, moutarde, sarrasin, humus & associés

Ici, un carré où poussent de la moutarde et du sarrasin, deux engrais verts

Toutes les plantes ne sont pas des engrais verts, on va privilégier certaines espèces qui vont particulièrement nourrir le sol : la moutarde, la vesce, la féverole, le trèfle violet, le sarrasin…

engrais vert, jeu

Petit jeu : on relie le nom d’un engrais vert à sa graine

Après le théorique, la pratique : les participants ont coupé les engrais verts puis ont planté de nouveaux semis qui protégeront le sol cet hiver avant d’être coupé au début de l’automne prochain !

Avant la floraison, on coupe les engrais vert et on les laisse se décomposer naturellement là où ils ont poussé

Nous remercions tous les participants et espérons vous revoir très bientôt !

 

 

D’autres ateliers gratuit de ce type sont prévus ! Pour y participer, il suffit de s’inscrire aux liens ci-dessous dans la limite des places disponibles :

Atelier : permaculture , le jardin en lasagne (14 Novembre 2020 – 10h-12h)

Atelier : délimiter le jardin potager (5 Décembre 2020 – 10h-12h)

 

Témoignages : le compostage collectif (vidéo)

Publié le 30 septembre 2020

Si vous vous posez des questions sur le fonctionnement et les avantages d’un compost collectif, qui de mieux que ceux qui ont franchi le pas pour y répondre !

Voici quelques témoignages recueillis par Circul Agronomie auprès de plusieurs personnes logeant en habitats collectifs qui ont décidé de faire appel à Humus & associés pour l’installation d’un compost au sein de leur résidence :

 

Si vous êtes intéressés par l’installation d’un compost au sein de votre habitat collectif, n’hésitez pas à nous contacter et nous vous donnerons la marche à suivre!

Atelier du 7 Octobre 2020 : les ressources vertes de votre jardin

Publié le 25 septembre 2020

Le mercredi 7 Octobre, de 16h à 18h, Humus & associés a organisé un atelier dans le cadre du programme Chemin Faisant,  les rendez-vous de l’écologie, axé sur les ressources vertes.

Dans cet atelier pratique organisé par le CPIE et animé par Humus & associés, les participants ont pu apprendre à réutiliser leur déchets verts au jardin au lieu de les jeter et comment les transformer en ressources précieuses.

En évitant la déchetterie, vous pourrez trouver une alternative à  l’incinération des déchets verts qui est une pratique cher et problématique pour l’environnement, tout en bénéficiant de ressources gratuites ! Un vrai cercle vertueux !

 

Pour ceux qui n’ont pas pu y participer, voici un petit récapitulatif  :

 

D’abord, un tour du jardin partagé des castors de l’Hers où se trouve la parcelle de tonton Ju’, membre de l’équipe Humus ! C’est au sein de cet espace vert situé à Toulouse que plusieurs passionnés de jardinage retrouvent un carré de terre loué dans lequel ils peuvent cultiver, jardiner, rencontrer, se ressourcer….

Avec Julien comme guide, on se balade, on découvre des variétés et comment chaque jardinier perçoit et entretien son espace.

Mais surtout on apprend à reconnaître et à utiliser les fameuses ressources vertes ! Par exemple, sous forme de purin, l’ortie ou la consoude très présents dans les jardins et souvent perçus comme indésirables sont d’excellents engrais.

 

consoude ressource verte

La consoude peut aussi être utilisée comme plante médicinale grâce à son effet de renouvellement cellulaire : elle est efficace sur les peaux atopiques, les entorses ….

Après ce moment de découvertes, on passe à la pratique avec le paillage d’un carré potager. Ce paillage est obtenu grâce à des déchets verts issus du jardin (feuilles mortes, végétaux désherbés, paille…). Cette pratique permet d’apporter au sol du humus né de la décomposition de ces déchets. Avec le temps, tout sera intégré dans la terre qui deviendra bien plus riche et  donnera ainsi de meilleures cultures ! Avec une grande masse de déchets verts, il est aussi possible de produire un compost en tas qui sera également assimilé par le sol et grâce auquel on peut obtenir une bande très fertile.

paillage

On peut voir que ces bandes cultivées sont rehaussées. C’est parce qu’elles sont paillées.

Enfin, la dernière activité sera la fabrication de plessis : on “tresse” autours de petits piquets en bois des rameaux issus de la taille pour obtenir des barrières qui sont pratiques, esthétiques et gratuites !

plessis

Exemple de plessis

 

Cet atelier a permit de découvrir et/ou peaufiner sa gestion des ressources vertes. Pour plus d’informations n’hésitez pas à lire notre article sur le sujet :

Article : les ressources vertes

En connaissant les alternatives au fait de jeter, on peut se rendre compte de possibilités qui sont parfois plus avantageuses que la déchetterie ! Et pour aller plus loin, on peut même commencer à penser sa production de déchets (faire pousser telle ou telle variétés pour leur capital intéressant en tant que déchet)  de façon à les recycler sous forme de ressources !

A VENIR : café compost

Publié le

Pour la première année, le Réseau Compost Citoyen Occitanie, propose d’organiser des Cafés Compost dans toute la région :
Les cafés compost consistent à ouvrir les jardins des particulier.e.s ou des associations, sous forme de portes ouvertes, dans le but de promouvoir des techniques de paillage et/ou de compostage au jardin.
Les ouvertures de jardins Cafés Compost aurons lieux du 3 au 11 octobre, cela sera l’occasion de faire visiter votre jardin ou de découvrir de nouvelles pratiques près de chez vous tout en passant un moment convivial.
Si vous êtes intéressé.e.s pour ouvrir votre jardin et diffuser vos pratiques vous pourrez vous inscrire via le lien ci-dessous !

https://occitanie.reseaucompost.fr/cafes-compost?fbclid=IwAR3nUDFVJjUsng8an-wPsg6qX-1nsK0mXchBP6-j2FFs4T9UIYmTEwHV4Cg

 

Village champêtre de la Reynerie – 23 septembre 2020

Publié le 18 septembre 2020

Humus & associés a planté son stand le mercredi 23 septembre, de 14h à 17h au village champêtre de la Reynerie. L’occasion de rencontrer des habitants du quartiers, curieux ou férus de compost. Les différents stands d’associations ont pu proposer des ateliers liés à l’environnement aux petits et grands durant toute la journée.

des enfants cherchent et observent des décomposeurs de compost

Les enfants cherchent et observent les décomposeurs

Une des animations présentée par Humus & Associés lors de cette journée tournait autours des décomposeurs, ces petits organismes (insectes, bactéries, champignons…) incontournables du compost. Les enfants ont ainsi pu se questionner sur le phénomène de la décomposition mais aussi observer et toucher les acteurs de ce phénomène : vers de terre, cloporte…

stand humus et associés village champêtre 2020 Reynerie

Le stand d’Humus & associé

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cette animation axée sur le sensoriel, était accompagnée de petits jeux sur le compost (quoi mettre et de pas mettre dans mon compost, qu’est-ce que le brun et le vert…), une façon de réviser ou d’apprendre les bases du compost !

 

 Pour en savoir plus, vous pouvez jeter un œil à notre article sur les décomposeurs :

 

Atelier du 15 septembre 2020 : le compostage en bac, en tas et de surface

Publié le

 

Le compost : une seule façon de faire ? Depuis plusieurs années, on peut observer de plus en plus de compost en bac sur le territoire, il s’agit de la forme la plus démocratisée du compostage. Cependant, d’autres techniques existent comme le compostage en tas et de surface, qui peuvent être davantage adaptées à certaines pratiques, pour recycler les déchets verts d’un jardin par exemple.

explication à un groupe du brass'compost pendant un atelier compostage

Présentation du brass’compost, un outil efficace pour aérer facilement votre compost

En lien avec DECOSET, Humus & Associés a mit en place un jardin pédagogique au sein de la déchetterie de Plaisance-du-touch. Dans cet espace vert, on profite et on découvre, grâce à plusieurs ateliers pratiques axés sur la gestion d’un jardin et de ses déchets.

Le 16 septembre dernier , 15 composteurs (aguerris ou débutants) ont pu participer à  un atelier pratique : le compostage en bac, en tas et de surface. Ils ont pu y découvrir de nouvelles façons de composter ou bien parfaire leur technique de compost en bac selon les besoins de chacun ! Au programme, une explication sur le fonctionnement du compostage en bac : comment stopper les nuisances (odeurs, moucherons) en respectant les règles d’or du compostage, quoi mettre et ne pas mettre dans mon compost, les bons gestes pratiques, quels outils pour composter… Puis, une présentation des autres types de compost : en tas et de surface avec la réalisation de ces derniers par les participants de l’atelier.

groupe qui réalise un compost en tas ou lasagne

Le compostage en tas ou “lasagne” réalisé par les participants

Ces ateliers ont pour objectif de partager un savoir-faire pour que le plus grand nombre puisse gérer au mieux ses déchets verts selon ses besoins. L’équipe d’Humus & associés et DECOSET vous y attendent pour partager leur connaissance et expérience avec pédagogie et convivialité.

explication du fonctionnement du compost : équilibre aération et humidité

Les clés d’un compost de qualité : l’équilibre entre matières sèche et humide , une bonne aération et une humidité contrôlée

D’autres ateliers gratuit de ce type sont prévus ! Pour y participer, il suffit de s’inscrire aux liens ci-dessous dans la limite des places disponibles :

 

Atelier : les engrais verts (10 Octobre 2020 – 10h-12h) :

https://www.helloasso.com/associations/humus-et-associes/administration/vendre-des-billets

Atelier : permaculture , le jardin en lasagne (14 Novembre 2020 – 10h-12h) : https://www.helloasso.com/associations/humus-et-associes/evenements/atelier-permaculture-le-jardin-en-lasagne

Atelier : délimiter le jardin potager (5 Décembre 2020 – 10h-12h) :  https://www.helloasso.com/associations/humus-et-associes/evenements/atelier-delimiter-le-jardin-potager

Comment fabriquer son vermicompost ?

Publié le 24 avril 2020

Comment ça marche ?

Le vermicompostage (ou lombricompostage) est une technique de compostage en intérieur, dans un bac contenant une population de vers de compost qui digèrent la matière organique et la transforment en matière riche pour les plantes. Il permet aux personnes vivant en appartement et ne bénéficiant pas d’un composteur collectif de réduire tout de même leurs biodéchets.

Le vermicomposteur s’apparente à une boite avec plusieurs étages perforés de petits trous : on dépose ses déchets de cuisine dans l’étage supérieur, avec des morceaux de carton, qui fait office de matière sèche. Les vers vont se nourrir de cette matière organique et se multiplier. Lorsque l’étage est plein, on en place un nouveau par dessus, et on continue à apporter de la matière organique. Les vers vont coloniser cet étage, et continuer de dégrader la matière présente dans le précédent.

L’excédent d’eau est récupéré dans le bac inférieur. Ce “jus” est un super engrais pour les plante, dilué dans 9 fois son volume d’eau.
Certains modèles de vermicomposteurs que vous pouvez acheter dans le commerce proposent même un petit robinet pour récupérer ce jus.

Que mangent les vers ?

Contrairement au compostage en tas ou en bac en extérieur, le lombricompostage se fait dans un espace fermé. Si un tas de compost va attirer énormément décomposeurs allant des bactéries aux champignons en passant par les insectes et enfin les vers, le lombricompostage lui s’apparente plus à un élevage de vers. Les vers que l’on introduit dans un lombricomposteur s’appellent Eisenia Foetidia, ou Eisenia Andrei.

 

Comment fabriquer son lombricomposteur ?

Une option rapide et gratuite est de fabriquer son vermicomposeur avec des bacs en polystyrène, que vous pouvez récupérer chez votre poissonnier.

Matériel :

  • 3 ou 4 bacs frigolite de la même taille et qui s’emboîtent (à récupérer chez votre poissonnier)
  • Au moins 2 couvercles de bac frigolite
  • Un stylo
  • Un sac poubelle
  • Option : de la peinture

Image de consommerdurable.com

Fabrication :

  • Lavez les bacs et le couvercle, et laissez-les sécher.
  • Conservez une boite qui servira de fond. Nous vous conseillons de l’imperméabiliser en la mettant dans un sac poubelle ou un sac plastique.
  • Perforez le fond des boites avec un stylo, afin que les vers puissent circuler.

Image de consommerdurable.com

Perforez également le couvercle de petits trous, afin que les vers puissent respirer. Attention à ne pas les faire trop gros, les vers ne doivent pas passer !

Certains bacs ont des ouvertures sur les côtés : vous pouvez les boucher avec des bouts de polystyrène que vous aurez découpé dans un couvercle qu’il vous reste.

Empilez les bacs, le bac de récupération hermétique en bas, les différents étages les uns sur les autres, le couvercle pour fermer.

Votre vermicomposteur est prêt ! Déposez du carton imbibé d’eau dans le fond pour faire une litière. Laissez le temps à vos vers de s’habituer en leur donnant d’abord très peu d’épluchures, puis en a rajoutant petit à petit.

Le jus de compost :

Attention à vider le “jus” du bas de récupération régulièrement ! Récupérez les dans un récipient, et mélangez-le à 9 fois son volume d’eau. C’est un engrais puissant pour vos plantes d’intérieur et votre potager !

Bonus :

Vous pouvez décorer votre vermicomposteur avec de la peinture, pour l’égayer !

Astuce :

Ce type de composteur n’est pas très hermétique. il est possible qu’en été, des moucherons viennent s’y loger. Pour éviter cet inconvénient, nous vous conseillons de placer un tissu (torchon, drap) sur votre vermicomposteur.

 Plus de détails sur le site consommerdurable.com

Où se fournir des vers ?

Vous pouvez vous procurer gratuitement des vers sur le site plus2vers.com, qui propose des dons de vers entre particuliers.

En ce moment de confinement, vous pouvez vous en procurer sur les plateformes qui vendent des vers et continuent leurs livraisons, comme :

la Ferme du Moutta

la Ferme lombricole du Mayrial
Frédéric ROZIS – 06 41 20 75 70
Ecojardin 31
José-Pierre Laik – 06 73 63 45 87

 

Le sureau sous toutes ses formes : sirop de fleurs de sureau & fabrication de kazoo

Publié le

En ces temps confinés, nous vous partageons régulièrement des astuces pour réutiliser vos déchets verts, cuisiner les fleurs de votre jardins ou récoltées lors de vos balades. Cette fois, nous vous proposons 2 activités à réaliser avec du sureau :
Un sirop de fleurs de sureau, et un kazoo en branche de sureau !

Le sureau est un arbuste de 2 à 5m (peut grandir jusqu’à 10m) que l’on trouve à proximité des habitations humaines car c’est un arbre pionnier et de plus il aime les sols bien drainés. Il sait donc pousser dans les remblais, sur les ruines ou contre les vieux murs, mais il adore également les sols riches en humus. Il arrive également à pousser sous d’autres arbres. Vous le trouverez très facilement dans toute l’agglomération toulousaine.

Le sureau au jardin :

le sureau est un arbre à multiples ressources :

Il pousse très facilement et supporte bien la taille, ses feuilles sortent très tôt, sa floraison est abondante et très parfumée, ses fleurs sont mellifères, ses fruits attirent les oiseaux qui s’en nourrissent (fauvettes et merles aiment y nicher), ses tiges creuses servent à la nidification de guêpes solitaires qui protégeront vos plantations de leurs prédateurs et enfin ses feuilles accélèrent la maturation des tas de compost.

Sureau noir ou sureau yèble ? Il s’agit de ne pas se tromper, car l’un est comestible et l’autre non. Leurs feuilles et fleurs sont très semblable ; cependant, il est facile de les distinguer l’un de l’autre.

  • Le sureau noir : est un arbuste pérenne (il ne disparaît pas chaque année) de 2 à 10m. Dès sa deuxième année, il produit du bois, dont l’écorce brune ressemble au liège. Il fleurit de mi-avril à mi-juin.

  • Le sureau yèble : est une herbacée annuelle (il disparaît en hiver) qui ne dépasse jamais 2m. Il ne produit pas de bois, mais ses tiges creuses contiennent également de la moelle. Il fleurit tardivement de la mi-juin à septembre.

 C’est donc la saison des fleurs de sureau noir ! Ces fleurs sont si parfumées qu’elles sont parfois surnommées la vanille du pauvre. De nombreuses recettes existent à partir de ses fleurs et de ses fruits : sirop, limonade, vin mousseux, crêpes, lait parfumé, confiture,… Nous vous proposons aujourd’hui une recette de sirop de fleurs de sureau.

 

Recette : sirop de fleurs de sureau

Pour 2 litres de sirop de fleurs :

La récolte : Cueillez, avec un sécateur, 6 grandes ombelles (des corymbes) de préférence le matin. Vérifiez qu’il ne s’y cache pas quelques habitants, car les fleurs sont très prisées des pollinisateurs et de leurs prédateurs.

Les ingrédients : 2l d’eau, 2 citrons non traités (jus et zestes), 1kg de sucre roux, 6 ombelles de fleurs.

Préparation : Faire bouillir l’eau. Y plonger les ombelles 5 minutes en prenant soin de ne pas plonger la queue des fleurs (cf astuce cuillère en bois sur photo). Couper le feu et verser le jus et les zestes de citrons. Laisser infuser 10 minutes.

Pour les moins pressés, une infusion de 24h en versant les fleurs, le jus et les zestes de citron dans de l’eau bouillante conservera mieux les principes actifs de la plante.

Filtrer. Ajouter le sucre et porter à ébullition 10 minutes. Verser le sirop bouillant dans des bouteilles en verre à capsule mécanique (préférer des petites que des grandes pour la conservation une fois ouvertes) et fermer.

Une fois froides et rincées, étiqueter les bouteilles en n’oubliant pas la date.

Pour coller ses étiquettes une application de lait au pinceau fonctionne très bien. Pour encore plus d’efficacité, un mélange farine, eau et sucre chauffé doucement quelques minutes à la casserole fait une colle redoutable.

Stockage et conservation : Par expérience, nous vous conseillons de stocker vos bouteilles couchées dans un carton fermé. Il arrive parfois que le sirop fermente et qu’une bouteille explose sous la pression. Le carton limitera considérablement les dégâts dans ce cas là. Une fois ouverte, la bouteille se conserve au frigo (pas d’inquiétude, il n’y a plus de risque d’explosion cette fois-ci).

Dégustation : N’oubliez pas qu’il s’agit d’un sirop. Il faut donc de le couper avec de l’eau. Vous obtiendrez une boisson très rafraîchissante et subtilement parfumée.
Pour celles et ceux qui sont frustrés de ne pas avoir eu la recette de mousseux ou de vin au sureau, le sirop fonctionne très bien pour confectionner des kirs au vin blanc ou au crémant.

Fabrication de kazoos (ou mirlitons) :

La récolte : Prélever une branche de l’année précédente de 1,5 à 4cm de diamètre. Le bois se coupe très bien.

Les outils et éléments nécessaires : une vrille ou une fine tige filetée, de petits élastiques fins, un sac plastique, une lime ou une petite scie à onglet et un canif.

La conception :

  • Découper la branche en tronçons d’une douzaine de cm.

  • Prendre un des tronçons et le vider de sa moelle à l’aide de la vrille. Vous pouvez également écorcer le kazoo.

  • Fabriquer l’embouchure en créant une première incision à la scie à environ 3cm d’une des extrémités. En faire une seconde 1cm plus loin. Les incisions doivent révéler le vide intérieur de la tige. Puis insérer la lame du canif dans une des incisions et pencher la lame vers l’extérieur. La partie centrale va se sectionner proprement.

Embouchure à la scie.

Embouchure à la lime

Placer ensuite la membrane en fixant un carré de plastique de 4-5cm de côté avec un élastique. Placer la membrane afin de boucher l’extrémité du côté de votre embouchure.

Votre kazoo est prêt !

Jouer du kazoo : Votre kazoo n’est pas un sifflet. Si vous vous contentez uniquement de souffler dans l’embouchure aucun son ne sortira. Vous devez fredonner une mélodie (produire un son avec votre voix) tout en maintenant vos lèvres sur l’embouchure. La membrane va vibrer et le kazoo va amplifier et distordre votre son.

Si la vibration ne se fait pas, vous pouvez appuyer sur la membrane avec la pulpe de votre pouce pour la détendre un peu.

 

Recettes au jardin

Publié le 15 avril 2020

Salade composée de fleurs

INGREDIENTS :

  • Salade verte
  • Roquette
  • Jeunes pousses (au choix) : Plantain, pâquerette, oxalis, coquelicot, mauve, ciboulette, fenouil, pimprenelle
  • Fleurs (au choix) : Coquelicot, pâquerette, souci, bourrache, consoude, trèfle, ciboulette, lamier pourpre
  • Boutons floraux : Plantain, coquelicot
  • Fruits : Coquelicot (capsule verte)

 

Pour la vinaigrette :

  • Huile
  • Vinaigre
  • Citron
  • Miel
  • Sel
  • Poivre
  • Épices de votre choix

 

RECETTE :

Sur une base de salade verte et de roquette hachées finement, récoltez les plantes de votre choix et composez votre salade.
Avec les ingrédients disponibles, réalisez votre vinaigrette. Assaisonnez, et servez !

Pâté végétal


INGREDIENTS :

  • Feuilles de mauve
  • Sommités d’ortie
  • Feuilles de bourrache
  • Plantain
  • 1 carotte
  • Lentilles vertes
  • Purée d’amande
  • Huile d’olive
  • Ail
  • Échalote
  • Jus d’1 citron
  • Sel, poivre

 

RECETTE :

Cuisez les carottes et les lentilles vertes, et mixez-les.
Ajoutez les plantes hachées finement, la purée d’amande, l’ail et l’échalote coupés finement, le jus de citron, sel, poivre et l’huile d’olive
Mixez le tout (au mortier ou au robot ménager) jusqu’à obtention d’une pâte homogène.

À servir tartiné sur du pain 🙂

Petits Sablés aux fleurs


INGREDIENTS :

  • 350 grammes de farine
  • 150 grammes de beurre
  • 150 grammes de sucre en poudre
  • 2 oeufs
  • Ortie, mélisse et menthe séchées
  • Pétales de coquelicots, bourrache, souci, sureau

 

RECETTE :

Effritez les feuilles sèches, rajoutez les pétales des fleurs dans la farine et mélangez.
Pétrissez tous les ingrédients ensemble en déposant dans la farine le beurre, le sucre, les jaunes d’œufs. Le mélange doit être homogène

Faite un saucisson de cette pâte, et mettez-le au réfrigérateur pendant ½ heure dans un papier aluminium.

Découpez en rondelles d’environ ½ centimètre

Faite cuire à 200°C jusqu’à dorer

NB : Vous pouvez parfumer la pâte avec rhum, ou un autre alcool, et citron

Beignets de feuilles ou de fleurs

INGREDIENTS (pour 4 à 6 personnes) :

  • Feuilles de consoude
  • Feuilles de bourrache
  • Fleurs de sureau
  • Tête de la tige de menthe

 

Pour la pâte à beignets :

  • 250g de farine2 œufs
  • 1 pincée de sel
  • 1 cuillère à soupe d’huile d’olive
  • 25 cl de bière et/ou de lait (végétal ou animal)

 

RECETTE :

Dans un saladier, mélangez les ingrédients de la pâte à beignets afin d’obtenir une pâte lisse et homogène. Réservez 1 heure au frais.

Prenez les feuilles de bourrache ou de consoude 2 par 2, mettez-les dos à dos et aplatissez-les au rouleau à pâtisserie. Pour chacune des plantes, faites tremper dans la pâte. Déposez dans une huile de friture à température et faîtes dorer des 2 côtés. Placez les beignets sur du papier absorbant avant de déguster.

NB : On peut rajouter un peu de sucre dans la pâte pour des beignets sucrés.
On peut également faire ces beignets avec des fleurs d’acacia, des feuilles de pulmonaire…

Limonade de fleurs

 

INGREDIENTS :

  • 2,5 litres d’eau tiède (35°C)
  • 15 ombelles de sureau (juste fleuries)
  • 10 feuilles de frêne (facultatif)
  • 1 citron coupé en morceaux
  • 200 grammes de sucre

 

RECETTE :

Versez tous les ingrédients dans le récipient et mélangez bien. Couvrez avec le torchon (et maintenez-le avec la ficelle), pour protéger des impuretés tout en laissant passer l’air. Placez au soleil ou dans un endroit chaud, pendant 3 ou 4 jours. Rentrez le récipient la nuit. Brassez 2 fois par jour.

Quand la préparation pétille, la limonade est prête. Pressez les citrons à la main.
À passer très finement (filtre à café), et à mettre en bouteille à capsule. Se conserve en cave 1 an et plus.

NB : On peut également faire cette limonade avec des fleurs de tilleul, de châtaigner ou de reine des prés.

Pesto d’orties

 

INGREDIENTS (pour 4 personnes) :

  • 3 poignées de jeunes pousses d’orties
  • 1 gousse d’ail75 grammes de noisettes (ou de noix)
  • 4 cuillères à soupe d’huile d’oliveSel
  • ¼ de jus d’un citron

RECETTE :

Effeuillez les orties pour supprimer la tige. Rincez soigneusement. Hachez très finement l’ail, les orties.
Dans le petit mortier, concassez finement les noisettes.
Dans le grand mortier, mélangez et pilez les ingrédients, en les ajoutant petit à petit, jusqu’à obtention d’une belle pâte.

Tartinez sur du pain et dégustez aussitôt.

NB : On peut aisément remplacer l’ail par de l’ail des ours !

Réduire ses déchets verts en les transformant en ressource : le paillage

Publié le 9 avril 2020

Pailler un sol, c’est déposer des matières végétales à la surface d’un sol. Les matières concernées ne correspondent pas uniquement à de la paille ; la majorité de nos déchets de jardin peuvent servir à cet usage.

Pourquoi pailler un sol ?

Une fois au sol, ces déchets verts vont se décomposer au fil du temps en humus. Cela va donc améliorer le sol, qui deviendra plus meuble, et libérer des nutriments pour la vie du sol et des plantes. En plus de cela, les herbes non désirées recouvertes de ce paillis mourront pour la plupart. Les quelques unes qui auront réussi à traverser le paillis seront faciles à déraciner, car le sol sera ameubli.

Le paillage réduit également de façon considérable l’évaporation de l’eau dans le sol. Vos plantes subiront donc moins la sécheresse et vous arroserez beaucoup moins vos plantes.

Pour résumer : les racines des végétaux paillés s’enfoncent mieux dans le sol, trouvent plus de nourriture et d’eau et ne sont pas concurrencées par d’autres plantes. Les végétaux poussent mieux, fleurissent et fructifient plus longtemps et tombent moins malades.

Quelle est la durée de vie d’un paillis ?

Ce qui nous intéresse dans un jardin, c’est que ce paillis se décompose vite pour éliminer nos déchets verts tout en nourrissant et améliorant le sol.

Sur un sol jamais paillé, il faut toujours plus de temps pour que le paillis se décompose : les décomposeurs ne sont pas encore présents en grande quantité, le sol est plus tassé et plus sec. Dès que le système est lancé, il s’accélère et digère très vite la majorité des déchets d’un jardin.

Comment accélérer la décomposition d’un paillis (pour continuer à y ajouter des déchets verts)?

Pour cela, vous devez favoriser les décomposeurs en leur offrant une nourriture équilibrée : plus vos déchets verts seront variés, mieux cela sera : feuilles et branches mortes, tontes, herbes arrachées, tailles de haies et de jeunes rameaux, broyat de branches,…

  

Vous n’êtes pas obligés d’attendre que le paillis soit entièrement décomposé pour en ajouter. C’est au contraire l’apport régulier de matières qui va aider à la décomposition. Le rythme de vos apports doit donc plutôt se calquer sur votre production de déchets verts.

De plus, pour aider à la dégradation de vos déchets verts, vous devez découper le plus possible vos déchets pour permettre aux décomposeurs d’agir plus rapidement.

Comment découper les déchets verts ?

Mis à part un sécateur, l’outil principal pour découper des déchets verts est la tondeuse. La tondeuse est intéressante pour deux raisons : elle découpe parfaitement et très rapidement vos déchets dont le diamètre est < à 1cm (soit 80 % de vos déchets) de plus, le panier de la tondeuse récolte la matière découpée.

  

La tondeuse est également intéressante pour les petits déchets comme les herbes arrachées ou les feuilles mortes : leur volume sera réduit, la décomposition sera plus rapide (y compris pour les feuilles coriaces) et ils ne s’envoleront plus sous l’effet du vent.

Pour les branches > 1cm de diamètre, vous pouvez : utiliser un sécateur de force, un broyeur ou tout simplement les réserver pour d’autres usages : tuteurs, piquets, remplissage de haie sèche (cf notre article “Fabriquer une barrière pour délimiter ses espaces“), bois d’allumage pour le barbecue ou la cheminée, délimitation de massif.

  Que peut-on pailler ?

Vous pouvez tout d’abord pailler toutes les zones plantées : haies, pied des arbres (1m à 1m50 autour de l’arbre en veillant à ne pas coller le paillis au tronc), massifs de fleurs ou planches potagères.

Vous pouvez également préparer une future zone de plantation (haie, planche potagère, massif de fleurs,…) en couvrant la zone d’une épaisse couche de paillis : l’herbe dessous va mourir et se dégrader, le sol va s’enrichir et s’ameublir. Plus de corvée de désherbage et de bêchage de sol dur !

Vous pouvez encore utiliser le paillis comme cheminement, pour éviter que l’herbe y pousse et rendre le sol praticable même par temps pluvieux.

Un paillis doit faire quelle hauteur ?

 Il n’y a pas vraiment de règle si ce n’est qu’en dessous de 3-4cm le paillis est inefficace. D’autre part, c’est plutôt votre production de déchets verts qui doit dicter le rythme d’apport. Un paillage standard est généralement d’une dizaine de cm.

Attention toutefois avec la tonte fraîche : si elle n’est pas mélangée à d’autres végétaux plus secs, le paillis ne doit pas dépasser 4cm d’épaisseur.

Il y a t’il des végétaux qu’il ne faut pas pailler ?

Oui, la plupart des plantes méditerranéennes poussent sur des sols chauds, secs, pauvres et caillouteux. Le paillis rafraîchit, humidifie et nourrit le sol… tout l’inverse de ce qu’attend la plante. Lavande, olivier et la plupart des plantes aromatiques n’apprécieront pas du tout un paillage végétal. Un paillis de cailloux sera nettement préférable.

J’ai entendu parler de la faim d’azote, est-ce un problème ?

La faim d’azote peut agir sur un paillis uniquement fait de branchage (=carbone) : pour décomposer le carbone, les décomposeurs vont puiser dans le sol de l’azote qui ne sera plus disponible pour les plantes (l’azote joue un rôle important pour la croissance des plantes). Or cette faim d’azote n’agit que sur un sol qui n’a jamais été paillé. Les années suivantes, il y a assez d’azote dans le sol pour les plantes et pour les décomposeurs. De plus, un apport varié de déchets verts permettra d’ajouter des déchets azotés dans votre paillis : tailles de haies avec feuilles, tonte de gazon, jeunes herbes arrachées contiennent de l’azote.

Les apports de compost au potager

Publié le

Vous compostez dans votre jardin ou en collectif, et vous vous questionnez sur la meilleure manière d’utiliser votre compost ? À quel moment, quelle quantité et pour quelles plantes ?
On vous répond en détail !

 

Les différents stades de maturité du compost :

On reconnaît un compost mûr grâce à 3 caractéristiques : une couleur brune ou noire, une odeur discrète de sous-bois et une apparence homogène (plus de morceaux identifiables).

On reconnaît un compost demi-mûr aux décomposeurs encore présents et à la présence de morceaux plus grossiers.

Les composts mûrs s’utilisent de différentes manières :

  • à l’automne ou fin d’hiver en surface, avec un léger griffage pour l’incorporer à la terre (de préférence sur des sols lourds),
  • au printemps, entre les rangs de légumes, avant de pailler par-dessus,
  • toute l’année, dans les trous de plantation en recouvrant de fines couches de terre.

Pour les composts demi-mûrs, il est préférable de les mettre en paillage à l’automne. Le compost doit être apporté en fonction des besoins des plantes, certaines étant exigeantes et d’autres redoutant au contraire les apports de compost trop jeunes.

  • Plantes exigeantes : 3 à 5 litres par m² et par an
    Artichaut, aubergine, bette, cardon, céleri*, choux*, concombre et cornichon, courge et courgette, épinard*, fenouil, maïs, melon, piment, poireau, poivron, pomme de terre, potiron, rhubarbe*, tomate.
  • Plantes moyennement exigeantes : 1 à 3 litres par m² et par an
    Asperge, betterave*, carotte*, chicorée*, haricot*, laitue*, panais*, persil*, pissenlit*, pois*, salsifis*.
  • Plantes peu exigeantes : Apport nul
    Ail, arroche, chou de Bruxelles, cresson, crosne, échalote, endive, fève, mâche, navet, oignon, pourpier, radis

* légumes ne supportant que du compost mûr. Les chiffres donnés sont valables pour de bonnes terres de jardin; pour les terres de remblais et les terres sableuses, les apports doivent être supérieurs

 

D’après J.-P.Thorez, Le guide du jardinage biologique, Terre vivante

A chaque saison sa salade sauvage…

Publié le 2 avril 2020

Voici une petite astuce pour vous changer le quotidien et mettre un peu plus de couleurs et de goûts dans vos assiettes.
Nous vous proposons une recette de salade de feuilles et de fleurs de saison.

Pour la cueillette : préférez le matin, les fleurs seront plus aromatiques, ne cueillez que les fleurs dont vous êtes sûres, évitez la cueillette là où des chiens sont susceptibles d’avoir uriné,… car il est préférable de ne pas laver les fleurs. Pour les feuilles, préférez les plus jeunes qui sont plus tendres et moins amères.

Pour la conservation : mettez au fond d’un contenant hermétique un tissu ou du papier absorbant imbibé d’eau. Posez vos fleurs dessus et mettez au frigo. Elles se garderont sans problème au frigo.

Pour la salade : En plus d’une salade verte classique, vous pouvez ajouter de la mâche, de la roquette, du cresson des fontaines, des pousses d’épinard. Pour ajouter plus de goûts (et de la sauvagerie), vous pouvez cueillir : de jeunes feuilles de plantain lancéolé, des feuilles de pissenlit, des feuilles de moutarde, des feuilles de pâquerette, de jeunes pousses de fenouil sauvage ou fenouil bronze, des feuilles d’oseille.

Des fleurs de pâquerette, de moutarde, d’ail triquêtre, de sauge ananas, de pensées, de bourrache, de soucis (parsemer de pétales) …

 

Les feuilles

Les fleurs

 

Objectif zéro déchet de jardin : délimiter ses espaces avec des branchages

Publié le 27 mars 2020

En cette période de confinement, la plupart des déchetteries sont fermées, le service de récupération des ordures ménagères tourne à régime réduit, aussi il semble plus important que jamais de faire en sorte de réduire ses déchets Quoi de mieux donc, que de les revaloriser ? Nous nous pencherons aujourd’hui sur les déchets verts, qui sont une ressource formidable au jardin !

Fabriquer une barrière pour délimiter ses espaces

Les outils nécessaires :

  • Un marteau
  • Un coupe-branche (ou petite scie)
  • Un sécateur
  • De la ficelle

  • Matériaux pouvant être recyclés : tout type de jeunes rameaux (même les gros diamètres)
  • Des branches droites de 60-70 cm et de 4-5cm de diamètre (ou des piquets)

Tuto

Vous devez d’abord tailler en pointe vos branches droites pour en faire des piquets.
Puis, plantez au marteau les deux piquets à chaque extrémité de votre future barrière.

 

Tendre une ficelle et remplir la ligne de nouveaux piquets tous les 15 cm. Plantez une deuxième lignes de piquets, 8cm plus loin, afin d’obtenir des doublons.

 

Commencez à remplir l’intervalle entre les deux lignes par petites poignées. Il est important de remplir tout l’espace. Insérez les nouvelles poignées en poussant avec le plat de la main de chaque côté du boudin qui se forme. Cela aide les branches à se tenir les unes les autres en s’appuyant sur les piquets.

Ne vous inquiétez pas trop des tiges qui ressortent par endroit. Par contre, prenez soin de répartir vos poignées de matériaux de façon homogène. Lorsque vous arrivez à la hauteur voulue, liez chaque doublon de piquet par une ficelle. Vous pouvez remplacer la ficelle par un lien végétal comme la ronce, la pervenche, utilisées en vannerie sauvage.

Il faut maintenant faire la pluche (terme de vannerie) : coupez au sécateur tout ce qui dépasse de votre barrière sur les façades, mais aussi aux extrémités. Enfin, coupez les piquets 1 ou 2 cm au dessus de votre lien.

Votre barrière est terminée ! Vous pouvez utiliser les chutes pour pailler vos massifs ou vos arbres.

 

Tous au compost : version dématérialisée !

Publié le 21 mars 2020

semaine nationale du compostage de proximité

Tous au Compost 2020 devient une édition dématérialisée inédite !

Du 28 mars au 12 avril, tous les évènements physiques proposés sont annulés (visites, inaugurations, formations, animations de sensibilisation…).

Nous vous proposons donc de célébrer le compostage d’hyperproximité par voie numérique !

Vivez et participez de chez vous à l’édition dématérialisée de Tous au Compost sur Facebook, Twitter et Instagram, en suivant les #TousauCompost2020 et #ComPostezvosphotos avec le @ReseauCompostCitoyen

Restez connectés pour suivre le programme !

 

 

N’hésitez pas à partager autour de vous !

 

semaine nationale du compostage de proximité

Le Réseau Compost Citoyen Occitanie s’est créé !

Publié le 30 janvier 2020

réseau compost citoyen occitanie

Les statuts sont votés, son existence est actée : le Réseau Compost Citoyen Occitanie s’est officiellement créé le 14 novembre 2019 !

Collectivités, associations, professionnels et particuliers se réunissent pour fédérer les acteurs de la prévention et gestion de proximité des biodéchets, monter en compétences et avoir un discours commun sur la région Occitanie.

Pendant l’année 2020, le RCCO va mettre en place plusieurs actions afin de répondre à ses objectifs :

– Action formation : composée de deux formations Guide-Composteur, une formation Maître-Composteur et deux jours de formation Animateur.
– Action communication : avec la création et animation d’un site internet et de deux lettres d’info ainsi que la recherche et création d’outils de communication.
– Action accompagnement : ayant pour but d’accompagner des porteurs de projets dans la prévention et la gestion de proximité des biodéchets.
– Organisation de deux journées d’échanges techniques
– Organisation de Café Compost pendant lesquels des particuliers ayant une pratique du jardin au naturel et de compostage pourront partager leurs connaissances, techniques et astuces au plus grand nombre.

C’est donc un programme très chargé pour cette nouvelle année et nous n’oublierons pas de vous tenir au courant !